Aide de Jeu


Pour : Tout univers


Auteur(s) :

Geoff

Illustrateurs(s) :

Ghislain THIERY


Télécharger

5 pages - 115 ko

Toujours plus !

Vous pouvez naviguer à travers nos archives pour trouver d'autres articles

...pour Tout univers

...de type Aide de Jeu

...écrits par Geoff

...illustrés par Ghislain THIERY


Abonnement

Inscrivez-vous sur notre liste de diffusion pour être tenu au courant des sorties de notre webzine

(un service Yahoo)

Eastenwest > 11 - Entre les frontières

Parlons de frontires

Naturelles, gographiques, ethniques, visibles, sinueuses, politiques, religieuses, autant d'aspects diffrents qui peuvent marquer de leur sceau celles qui gnralement ne servent qu' dlimiter un territoire d'un autre : les frontires.

Places sur des cartes l'aide de lignes segmentes que des cartographes s'attellent tracer avec minutie, elles sont souvent bien peu perceptibles sur le terrain et frquemment sont l'origine de conflits entre seigneurs et rois qui n'aspirent qu' l'accroissement de leurs territoires. Relles pour ceux qui les instaurent, les frontires n'en sont pas moins des conceptions dpourvues de sens pour ceux qui vivent quotidiennement, tels les animaux ou les rdeurs, dans la nature et dont seuls ciel, toiles et ocans dlimitent les prgrinations. L'homme a instaur des limites pour signaler que l'endroit lui appartient, qu'il y rside et qu'en ce lieu il est matre chez lui.

La frontire dsigne les repres gographiques o commence l'application de certaines lois d'un ct et la naissance d'autres dans une contre voisine. Les frontires dfinissent les limites des pays et gnralement marquent les diffrences qu'elles tendent souligner. De toute faon, elles changent, voluent, leurs bornes et jalons se dplacent et parfois avec l'extinction ou l'absorption d'un peuple par un autre, peuvent disparatre. Elles n'ont rellement de valeur qu'aux yeux de ceux qui les fixent...

Qu'en pensent les frontaliers ?

Divers points de vue : Il y a ceux qui s'en moquent. D'un ct ou de l'autre de la ligne, les habitants se connaissent, parlent la mme langue et ont pratiquement tous, les mmes coutumes, pas de soucis.

Il y a ceux qui doivent habiter ct de leurs voisins (attention, je ne dis pas cohabiter volontairement !) de farouches barbares qui n'adorent pas les mmes dieux qu'eux, qui ne parlent pas le mme langage, qui n'ont pas les mmes coutumes et possdent plusieurs femmes. Vous rendez-vous compte ? Voici quelques diffrences dont on pourrait sans problme allonger la liste mais qui seront autant de risques de voir dgnrer l'incomprhension en intolrance et cette dernire mener l'organisation d'expditions punitives caractre progressiste et rformateur.

Les consquences, trs certainement la guerre amenant des pertes de part et d'autre, et la recrudescence d'actes gratuits dcoulant de cette haine qui se transmet de gnrations en gnrations. Qui est rellement capable de voir la poutre qu'il a dans l'il avant de voir la poussire dans celui de son voisin ?

Quels sont les enjeux ?

D'un point de vue pragmatique, les frontires sont utiles plus d'un titre. Elles permettent notamment le contrle des entres et sorties de voyageurs, elles sont motifs installer des postes frontaliers o nos braves ngociants se verront taxer sur les marchandises que transporteront leurs caravanes et donneront la possibilit aux commerants capables d'en saisir l'opportunit d'installer auberges, choppes o les voyageurs pourront se ravitailler avant d'entamer de longs priples. Ce sont des endroits qu'affectionnent tout particulirement espions et agents de renseignements divers pour connatre les bruits et vnements que racontent qui veut les entendre qui le plerin, qui le camelot, qui le comdien ambulant.

Magnifiques postes frontaliers... Sites o aux points de passages sensibles se dressent fortins protgs par des gardes effectuant des patrouilles le long de ces lignes de dmarcations ou petites bourgades regroupant de quelques baraquements plusieurs dizaines d'habitations, ce sont autant de place laissant libre cours de nombreuses aventures pour tout matre de jeu dsireux de pimenter les voyages de ses personnages et ainsi de multiplier les aventures.

Qui passe par les frontires ?

Quelques individus dignes d'intrt. Lorsqu'on parle des frontires, immanquablement on pourra parler de contrebandiers et de passeurs. Ce sont deux catgories de personnes qui connaissent particulirement bien les frontires et leurs dfauts. Pour des motivations idologiques mais plus souvent pcuniaires (surtout les contrebandiers !) ces charmantes personnes toujours prtes rendre service sont amenes traverser dans un sens ou l'autre, avec des risques plus ou moins calculs ces petites lignes qui selon le ct duquel on se trouve font la diffrence.

Le passeur

Beaucoup de passeurs sont de mche avec les gardes frontires. Ils peuvent ainsi en fonction des clients qu'ils aident transiter, toucher selon les cas double salaire moindre risque. Un, pour le service rendu au voyageur clandestin et un second pour le service rendu aux autorits qui n'auront plus qu' cueillir le pauvre pigeon (voyageur !). Ce n'est heureusement pas le cas de tous, a tuerait le petit commerce.

Jaoln le passeur.

Pas trs grand, alcoolique, plutt antipathique, vnal, voici quelques adjectifs qualifiant Jaoln. Comme beaucoup de personnes habitant la zone frontalire sud de Jawtiga, c'est un individu auquel on porte peu d'intrt. Vivant de rapines et d'expdients qui lui procurent peine de quoi subsister dans cette contre loigne de toute rgion civilise, le principal intrt de ce larron est de connatre la perfection les marais brumeux qui sparent Jawtiga de l'Aldrande. Intrt non ngligeable quand on sait que ce cloaque est le chemin le plus court pour accder en Aldrande. Il vite les longs trajets risqus sur des routes souvent mal frquentes. En outre, cette portion marcageuse est un accs sr si l'on ne veut pas risquer d'tre contrl et refoul au poste frontalier. La politique d'Aldrande est stricte, ses lois sont claires : En dehors des missaires des pays amis spcialement mandats (et il y en a peu !) aucun individu non Aldrandien ne peut esprer entrer sur le territoire. Tout contrevenant sera empal sans autre forme de procs.

Notons au passage que de nombreux inconscients ayant brav ces interdits clairs et significatifs agrmentent dans d'odieuses et outrageantes postures ce que les Jawtiganis nomment mi-mot la "Frontire Grimaante".

Lourd dilemme pour le voyageur press dont les motivations ne regardent que lui et qui cherche malgr tout traverser. Heureusement, Jaoln n'est jamais bien loin. Le bouche oreille faisant des merveilles, il se trouve toujours dans les parages lorsqu'un tranger se renseigne sur les "commodits de passages". Jaoln est trs commerant.

Un prix donn ne se marchande pas ou alors seulement la hausse; le choix n'est pas difficile. Une fois les arrangements conclus ( et une garantie laisse en acompte !), Jaoln seul dcide du jour et de l'heure du dpart. Jamais au grand jamais le Jawtigani n'utilise le mme trajet, il est bien trop mfiant. Jusqu' prsent, aucun de ses clients n'a eu se plaindre de ses services... Aucun n'est revenu pour le faire.

Trame de scnario : La jeune femme, l'tranger et le passeur.

Un tranger cherche absolument une jeune femme qui aurait tent de passer en Aldrande. Il questionne et paie grassement tous ceux qui peuvent lui donner des informations ou lui ramener la disparue ou le passeur. Les personnages pourraient tre allchs par une rcompense plus que consquente pour mener l'enqute.

Etrangement Jaoln reste introuvable depuis le passage de la jeune femme et l'arrive de l'tranger. D'ailleurs, la population n'est pas trop loquace et il est difficile d'apprendre quoi que ce soit. Toutefois, avec un peu de talent et de persuasion... Affaire sombre qui peut mener passer la frontire de bien des manires pour savoir de quoi il en retourne.

Des bruits courent sur l'arrive bon port des clients de Jaoln. Certains disent que le passeur assassine les malheureux, d'autres qu'il les vend comme esclaves aux Aldrandiens.

Jaoln n'aurait pas une origine uniquement humaine. Certains disent qu'il entretient des relations avec le mythique Peuple du marais pour le compte duquel il amnerait des victimes afin que d'horribles sacrifices rituels soient perptrs dans un sombre but.

Jaoln serait le passeur de l'enfer, conduisant tout droit ses clients vers un autre monde. Malheur celui qui s'intresse de trop prs cette engeance malfique !

Jaoln tait au courant que la jeune femme porteuse d'un mystrieux paquet tait pourchasse par un inquitant individu, elle aurait grassement pay Jaoln pour qu'il oublie tout de son passage.

Le comportement et la personnalit de Jaoln auraient progressivement chang depuis qu'il a fait transiter une certaine jeune femme en Aldrande...

Il n'y aurait jamais eu de jeune femme, l'tranger serait un agent Aldrandien la recherche d'informations sur les accs non surveills qui mnent en Aldrande.

L'tranger a t reconnu comme guerrier d'lite Jawtigani. Il est spcialis dans la traque des espions et des tratres. Qui est l'espion, qui est le tratre ?

Jaoln serait en fait un fidle agent Jawtigani oeuvrant pour le compte de son suzerain. L'tranger n'est autre que le suzerain en personne, seulement Jaoln a mystrieusement disparu.

Notre antipathique passeur devait rapporter un message de la plus haute importance en provenance d'un mystrieux contact en Aldrande. La disparition de Jaoln correspond au passage de la jeune femme.

Passeur et cliente auraient t vus par des marchands de passage au poste frontalier de Meslcun plusieurs jours de marche. Situation trange. Seulement la frontire est en ce moment hermtique dans un sens comme dans l'autre, les patrouilles ont t triples et de nombreuses incursions Aldrandiennes sont constates. Un passeur novice se propose de reprendre le commerce de Jaoln. Etant donn le nombre de clients en attente...

Le contrebandier

Le contrebandier est d'une autre engeance. C'est un aventurier pour lequel l'argent seul n'est pas la motivation principale. Il aime le risque, sinon il serait uniquement convoyeur... On sait o le trouver et quelle manire utiliser pour l'appter.

" Tu seras bien pay, tu feras la pige ton concurrent Zorba qui est plus gourmand que toi et en plus, peu part vous deux sont capables d'accepter un tel march. Ceci dit, tu pourras galement te vanter d'avoir roul dans la farine ce brave Capitaine Duggnou et ses incapables de soldats ! "

Grosso modo, a marche comme a, et peut-tre qu'un petit prlvement sur la marchandise au passage peut tre intressant au niveau prime de risque...

Faldik le contrebandier

Anciennement sergent du guet et membre des troupes Aldrandiennes, Faldik est un filou de la plus belle espce. Ce vieux soldat aguerri par plus de vingt-cinq ans de bons et loyaux services sa patrie s'est vu congdier sans solde pour avoir malencontreusement laiss passer une troupe de comdiens ambulants au poste frontalier de Mesclun o il tait de garde.

Il est rare de trouver du travail en Aldrande avec un tel passif. Qu'importe, Faldik est tout fait reprsentatif de cette sorte d'individus qui savent toujours tirer parti des situations les plus dsespres. Avec la connaissance qu'il avait des points de passage les plus frquents par les nombreux contrebandiers qui passent d'un ct ou de l'autre de la frontire, Faldik s'est tout simplement mis au commerce, secteur lucratif s'il en est. N'coutant que son courage, entour d'une bande de coupe-jarrets de la plus belle espce, Faldik commena arpenter les secteurs sensibles afin d'intercepter les fraudeurs. Grand stratge devant les dieux, Faldik avait compris qu'un bnfice substantiel tait porte de main pour celui qui saurait grer et mettre de l'ordre dans les minables affaires des petites quipes oeuvrant dans l'ombre. Ainsi notre entreprenant ami coalisa contrebandiers Jawtiganis et Aldrandiens.

L'union fait la force mais Faldik utilisa la force pour parvenir ses fins. Une anne entire fut ncessaire ce que notre brave entrepreneur parvienne racketter puis fdrer plus de dix bandes autrefois rivales et sur lesquelles il rgne maintenant d'une manire... inconteste.

Trame de scnario : La loi, la foi, le commerce.

Depuis quelques temps les marchandises de contrebande se font de plus en plus courantes sur les marchs des deux bords de la frontire. Pour lutter contre cette conomie parallle bien embarrassante, les autorits ont trouv une solution. Les ngociants de tous poils sont frquemment contrls et leurs produits estampills ds qu'ils franchissent les postes frontaliers. Des consquences inattendues se sont fait ressentir tous les niveaux. D'un bord et de l'autre de la frontire, le mcontentement s'accrot chaque jour un peu plus. "On nous vend les mmes produits qu'aux Aldrandiens/Jawtiganis, c'est inadmissible, les marchands s'engraissent sur notre dos, les autorits sont complices, et qui nous dit que ces saloperies venant de l'autre ct n'ont pas t empoisonnes ?!"

Seulement, le commerce et les humeurs des populations ne sont pas l'unique souci des autorits ! La contrebande, c'est une chose, le commerce et le pillage de lieux de culte deux autres ! Il est ncessaire d'avoir des agents de renseignement qui n'aient des accointances avec personne pour passer inaperus, les personnages rpondraient bien ces critres !

Les autorits Aldrandiennes/ Jawtiganies souhaitent que les choses rentrent dans l'ordre. Chaque renseignement, chaque tte de contrebandier rapporte vaudront de l'or ! Ouverture tous les excs, rglements de comptes assurs !

Faldik trouverait trop risqu le convoyage de marchandises conventionnelles. Certains disent que pouss par de mystiques raisons il se serait tourn vers la religion.

Quelques marchands seraient prts payer le prix fort pour que leurs produits traversent la frontire sans subir un marquage dont aucun des deux peuples ne raffole vraiment. L'aide de Faldik serait un compromis acceptable, seulement personne ne sait o le trouver.

Un lieutenant de Faldik serait un rengat, il aurait souffl l'ide des marquages en Jawtiga et en Aldrande... Histoire de couler son chef ou de lui succder avec brio ! Qui est-il ? Quelles sont ses vraies motivations ?

Faldik recherche secrtement le coupable des "pillages religieux", cela nuit son commerce. Filou, oui, mais certainement pas profanateur !

Des bruits courent comme quoi Faldik aurait des vues sur un trne... Voire les deux. Il tirerait les ficelles de toutes les intrigues secouant Aldrande et Jawtiga. Le bougre sait bien que commerce et religion sont des domaines auxquels les autorits sont attaches. Elles sont prtes envoyer le plus gros de leurs troupes pour calmer le jeu, il n'aurait plus qu' profiter de la confusion gnrale ! Il paratrait mme, que nombre de ses anciens frres d'arme n'attendraient qu'un signe pour rejoindre les rangs de ses partisans...

Ayant convoy des "marchandises" auxquelles ils n'auraient pas d s'intresser de si prs, Faldik et ses hommes cherchent par tous les moyens rcuprer un mystrieux artefact dont personne ne connat l'aspect et dont le seul pouvoir pourrait enrayer une non moins mystrieuse maldiction.

Par quoi dlimiter les frontires ?

Plusieurs types de frontires: Il y a bien sr, les cours d'eau, les chanes montagneuses, la lisire des forts et toute autre dmarcation topographique que nous appellerons frontires naturelles. Nous remarquerons qu'en certains endroits, l'homme a rig des difices qui s'tendent, telle la muraille de Chine ou le mur d'Adrien (qui c'est celui-l ?), sur des dizaines voire des centaines de kilomtres. Remparts infranchissables permettant de ralentir des troupes nombreuses et lourdement quipes, elles n'en restent pas moins de vritables gruyres pour de petits groupes ou des francs tireurs dont la mission est de s'infiltrer chez "l'Autre".

Nous noterons galement les frontires ethniques dont seule l'implantation des diffrentes tribus et clans marque l'emplacement. Elles voluent en fonctions de diverses raisons : Les terrains de chasses, les alliances entre groupes, les conqutes amenant des annexions de territoire, l'unification religieuse de l'ensemble des communauts...

D'autres frontires...

Jusqu' prsent, nous avons vu les sparations existantes entre deux pays habits par des peuples plus ou moins civiliss ( vous d'estimer le degr de civilisation de ces derniers !) en dernier lieu, je parlerai des frontires aux confins des contres habites.

Je les adore tout particulirement, ce sont des endroits souvent peu peupls du fait de leur loignement des ples volus de la socit, des endroits o la loi du plus fort prime encore sur les lois et rglements instaurs par Druides, Seigneurs ou Rois. Des lieux o les parias aiment rder en qute de voyageurs gars faciles (ou non !) dtrousser, des sites peu surveills la limites de territoires inexplors que les lgendes et on-dits dcrivent comme endroits malfiques o s'ouvrent les portes de mondes tranges... Ces frontires sont imposes par la ncessit.

Quelle raison aurait-on d'aller au-del alors que l'on possde dj suffisamment de territoires sur lesquels rgner ? Et puis ces histoires de temples abandonns, de richesses dissmines en de nombreux lieux mystrieux (certainement gards par de terribles gardiens !) qui voudrait y croire ? A part des insenss et des inconscients je ne vois vraiment pas. Qui sait, peut-tre sont-ce ce que Monsieur Renard a nomm les Frontires du rel ? Vous m'en reparlerez...